Penser les réseaux sociaux comme on pense les villes

Il y a des parallèles à faire entre les médias sociaux et les villes, explique cet ancien de Facebook. On peut donc s’inspirer de nos façons de gérer les villes.

As a society, we’ve evolved a combination of rules, norms, and design patterns that work, more or less, to rein in some kinds of terrible behavior. Those rules assume that we haven’t developed superpowers. Online, however, people do indeed have powers like cloning (bot armies), teleportation (ability to post in many places simultaneously), disguise (sock puppets), and so on. In a physical city, any single propagandist is limited by vocal stamina or wallet capacity. In the online city, the same person can post in 400 groups (of tens of thousands of people) each hour, for free. In a physical city, assuming a new identity involves makeup, forged documents, and lots of hard work. In the city of social media, it requires a two-minute signup process to make a new account. The physical city is populated by human beings. In the city of social media, you could be talking at any time to someone who is secretly a robot. In a physical city, travel takes time. In the city of social media, it’s trivial for Macedonian teenagers to assume the identities of thousands of people in a different hemisphere. In a system where the worse your behavior is, the more you’re incentivized to do it, after-the-fact punishment is doomed to fail. Luckily, we have other approaches. After all, the physical city also doesn’t solve problems by surveilling and arresting everybody. Public health campaigns and social workers can help people before it’s too late. We build public spaces like farmers’ markets and libraries to create a sense of community.

Via l’infolettre de Patrick White.

1 commentaire

Laisser un commentaire

  • En tant que société, nous avons développé une combinaison de règles, de normes et de modèles qui fonctionnent, plus ou moins, pour freiner certains types de comportements dangereux. Nous n’avons évidemment pas développé de super-pouvoirs. En ligne, cependant, les gens ont effectivement des pouvoirs comme le clonage (armées de robots), la téléportation (possibilité de poster dans de nombreux endroits simultanément), le déguisement (marionnettes à chaussettes), etc. Dans une ville physique, tout propagandiste est limité par l’endurance vocale ou la capacité du portefeuille. Dans la ville en ligne, la même personne peut afficher dans 400 groupes (de dizaines de milliers de personnes) chaque heure, gratuitement. Dans une ville physique, assumer une nouvelle identité implique du maquillage, de faux documents et beaucoup de travail. Dans la ville des médias sociaux, un processus d’inscription de deux minutes peut créer un nouveau compte. La ville physique est peuplée d’êtres humains. Dans la ville des médias sociaux, vous pourriez parler à tout moment à quelqu’un qui est secrètement un robot. Dans une ville physique, voyager prend du temps. Dans la ville des médias sociaux, il est aisé pour les adolescents macédoniens d’assumer l’identité de milliers de personnes à l’autre bout du monde. Dans un système où plus votre comportement est mauvais, plus vous êtes incité à le faire, la punition après coup est vouée à l’échec. Heureusement, nous avons d’autres approches. Après tout, la ville physique ne résout pas non plus les problèmes en surveillant et en arrêtant tout le monde. Les campagnes de santé publique et les travailleurs sociaux peuvent aider les gens avant qu’il ne soit trop tard. Nous construisons des espaces publics comme des marchés de producteurs et des bibliothèques pour créer un sentiment de communauté.

Flux Le Sportnographe

  • Martin Leclerc, à propos des jumeaux Sedin
    Probablement qu’ils n’auraient pas eu une aussi bonne carrière les deux séparés. C’était les deux doigts de la main sur la patinoire. Ils avaient un sixième sens, un septième sens.
  • Maxim Lapierre, qui dit les vraies affaires
    Faut arrêter de tourner autour du mot, un reset, ce n’est pas une reconstruction.
  • Martin McGuire, expert
    Y’a pas de relation entre les deux blessures, mais un poignet pour un joueur comme lui, c’est ben ben important. Tsé, lui, manier des rondelles, c’est son pain et son beurre.
  • Martin St-Louis, qui a le sens de l’humour
    Tsé, la vie des fois on fait trop, on la met trop sérieuse pour rien. Pis c’est correct de rire de toi-même pis de pas te prendre si au sérieux que ça, fait que je pense que j’ai un bon balant là-dessus pis j’aime ça faire rire le monde pis j’aime ça quand le monde […]
  • Martin St-Louis, retranché
    En première période, y’a eu une longue séquence de pas de sifflet. Mais la meilleure manière d’apprendre c’est dans les, dans les tranches? Les tranches? Ouais, la meilleure manière d’apprendre c’est dans les tranches.

Infolettre

Flux Le Sportnographe

  • Martin Leclerc, à propos des jumeaux Sedin
    Probablement qu’ils n’auraient pas eu une aussi bonne carrière les deux séparés. C’était les deux doigts de la main sur la patinoire. Ils avaient un sixième sens, un septième sens.
  • Maxim Lapierre, qui dit les vraies affaires
    Faut arrêter de tourner autour du mot, un reset, ce n’est pas une reconstruction.
  • Martin McGuire, expert
    Y’a pas de relation entre les deux blessures, mais un poignet pour un joueur comme lui, c’est ben ben important. Tsé, lui, manier des rondelles, c’est son pain et son beurre.
  • Martin St-Louis, qui a le sens de l’humour
    Tsé, la vie des fois on fait trop, on la met trop sérieuse pour rien. Pis c’est correct de rire de toi-même pis de pas te prendre si au sérieux que ça, fait que je pense que j’ai un bon balant là-dessus pis j’aime ça faire rire le monde pis j’aime ça quand le monde […]
  • Martin St-Louis, retranché
    En première période, y’a eu une longue séquence de pas de sifflet. Mais la meilleure manière d’apprendre c’est dans les, dans les tranches? Les tranches? Ouais, la meilleure manière d’apprendre c’est dans les tranches.

Flux Le club des mal cités

  • Jean-François Gosselin, à propos des femmes en politique
    Quand moi j’approche quelqu’un, je veux pas me faire dire non, donc j’y vais tranquillement. […] Pis aussi, quand on convoite, je te dirais c’est encore plus vrai lorsque c’est des candidates parce que de nature, les femmes sont peut-être moins attirées par la politique. Pis pour moi ç’a toujours été important aussi d’avoir des […]
  • Luc Ferrandez, insulté
    Ça m’insulte de voir du monde mettre leur manteau d’hiver en été. Christ, achetez vous des manteaux d’été !
  • François Legault, à propos d’un meurtrier tué par la police
    Je suis content qu’on soit débarrassé de cet individu-là. Il faut voir aussi ce qui est arrivé. Étant donné que c’est quelqu’un qui était déjà ciblé, pourquoi a-t-il été relâché?
  • Jérôme Blanchet-Gravel, dur-à-cuire
    Dernier grand débat de société: si vous vous sentez intimidé par une caissière de 16 ans au Ashton qui vous propose de lui laisser 20% de #pourboire sur une machine, c’est que vous n’avez jamais fréquenté de quartiers où on peut vous braquer pour 20$ avec une arme.
  • Éric Duhaime, rassembleur
    Quand j’entends des gens nous traiter d’égoïstes, ou d’édentés ou de complotistes parce qu’on veut offrir un avenir meilleur au Québec, ben je leur dit d’aller se faire foutre parce qu’ils ont rien compris.

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.