Accueil » lien » L’homme machinal

L’homme machinal

Est-ce que la routine est nécessaire? Est-ce que les technologies qui devraient nous rendre plus productifs nous rendent plus rigides? Beaucoup de chose dans ce long texte.

But perhaps this is merely so much self-justification. It does not escape me that what I’ve been describing as a spiritual discipline bears an uncomfortable resemblance to the cruder ethos of “life hacking.” Perhaps I am no different from those data fetishists in Silicon Valley who refer to Benjamin Franklin as a “productivity master,” and speak of free time as a “release valve.” It is difficult today to avoid the thought that we are becoming as rigid and inflexible as the machines that structure our lives. The New York Times columnist Kevin Roose calls this process “machine drift,” arguing that it’s degrading our humanity and making us professionally obsolete. “For years, the conventional wisdom has been that if machines were the future, we needed to become more like machines ourselves,” he writes in his recent book Futureproof: 9 Rules for Humans in the Age of Automation. This wisdom, a relic of the Industrial Revolution, persists in our efforts to streamline and quantify our lives (tallying our steps, tracking our REM cycles), and is reinforced by our reliance on algorithms that corral us into making the same choices we’ve made in the past. The writer George Monbiot similarly considers repetition “dehumanizing,” arguing that schools, with their rigid lessons and classroom regimes, are senselessly preparing children for life in a nineteenth-century factory. “In the future, if you want a job, you must be as unlike a machine as possible,” he writes in the Guardian. In striving to be more efficient, these critics argue, we are ceding our true advantage over the artificial intelligence systems that are encroaching on so many lines of work. Instead of succumbing to repetitive habits, we should cultivate those qualities that make us most human—our flexibility and spontaneity, our ability to respond to surprises and learn new skills.

Via Sentiers.

1 commentaire

Laisser un commentaire

  • Mais peut-être s’agit-il simplement d’une telle auto-justification. Il ne m’échappe pas que ce que j’ai décrit comme une discipline spirituelle ressemble mal à l’éthique plus grossière du « life hacking ». Peut-être que je ne suis pas différent de ces fétichistes des données de la Silicon Valley qui qualifient Benjamin Franklin de « maître de la productivité » et parlent du temps libre comme d’une « soupape de décharge ». Il est difficile aujourd’hui d’éviter l’idée que nous devenons aussi rigides et inflexibles que les machines qui structurent nos vies. Le chroniqueur du New York Times Kevin Roose appelle ce processus la « dérive de la machine », arguant qu’il dégrade notre humanité et nous rend obsolètes sur le plan professionnel. « Pendant des années, la sagesse conventionnelle a été que si les machines étaient l’avenir, nous devions ressembler davantage à des machines nous-mêmes », écrit-il dans son récent livre Futureproof: 9 Rules for Humans in the Age of Automation. Cette sagesse, une relique de la révolution industrielle, persiste dans nos efforts pour rationaliser et quantifier nos vies (compter nos pas, suivre nos cycles REM) et est renforcée par notre dépendance à l’égard d’algorithmes qui nous poussent à faire les mêmes choix que nous. fait dans le passé. L’écrivain George Monbiot considère également la répétition comme « déshumanisante », arguant que les écoles, avec leurs cours rigides et leurs régimes de classe, préparent sans raison les enfants à la vie dans une usine du XIXe siècle. « À l’avenir, si vous voulez un travail, vous devez être aussi différent que possible d’une machine », écrit-il dans le Guardian. En nous efforçant d’être plus efficaces, soutiennent ces critiques, nous cédons notre véritable avantage sur les systèmes d’intelligence artificielle qui empiètent sur tant de domaines de travail. Au lieu de succomber à des habitudes répétitives, nous devrions cultiver les qualités qui nous rendent le plus humain : notre flexibilité et notre spontanéité, notre capacité à réagir aux surprises et à acquérir de nouvelles compétences.

Infolettre

Flux Le Sportnographe

  • Martin St-Louis, qui a le sens de l’humour
    Tsé, la vie des fois on fait trop, on la met trop sérieuse pour rien. Pis c’est correct de rire de toi-même pis de pas te prendre si au sérieux que ça, fait que je pense que j’ai un bon balant là-dessus pis j’aime ça faire rire le monde pis j’aime ça quand le monde […]
  • Martin St-Louis, retranché
    En première période, y’a eu une longue séquence de pas de sifflet. Mais la meilleure manière d’apprendre c’est dans les, dans les tranches? Les tranches? Ouais, la meilleure manière d’apprendre c’est dans les tranches.
  • Martin St-Louis, qui joue gros
    T’as jamais des moments pour grossir comme mentalement, personnalité et tout. Si tu veux juste des choses faciles, c’est dur de grossir comme humain.
  • La langue de Martin St-Louis
    [youtube https://www.youtube.com/watch?v=mQrcf-A3BHQ?version=3&rel=1&showsearch=0&showinfo=1&iv_load_policy=1&fs=1&hl=fr-FR&autohide=2&wmode=transparent&w=770&h=434]
  • Martin St-Louis, d’une certaine manière
    Ça toujours été mon rêve d’être entraîneur dans la ligue nationale. Je sais que c’était pas si j’allais faire ça, c’était une manière de temps. Quand les que j’allais le faire.

Flux Le club des mal cités

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.